Les accessoires en ‘Ori Tahiti 1/2

Durant mes premières années de danse j’ai eu des périodes ou j’avais la sensation d’apprendre constamment et d’autres dites de stagnation. Tu sais, cette fucking période ou tu as l’impression de ne plus progresser (limite de régresser), ou tu te sens suffisamment à l’aise mais tu n’arrives pas à aller au-delà. Ce palier ennuyeux est l’ultime étape à franchir pour passer au level supérieur (oui, oui c’est un peu comme vaincre un boss dans Super Mario). Et pendant ces moments difficiles, 2 accessoires m’ont vraiment aidée à dépasser le cap intermédiaire et avancé.

Mon parcours

Si je me fie à ma propre expérience dans la danse, je découperais ma progression un peu comme ça (en réalité ce n’est pas aussi fragmenté, mais ça permet de se faire une idée) :

Niveau d’apprentissage*Objectifs*Période de stagnation*Durée
1 – DébutantMaîtrise des pas de base, coordination H/B du corpsPas acquis/compris, plus besoin d’y réfléchir pour les enchaîner2 ans
2 – IntermédiaireMaîtrise des variantes, coordination H/B du corpsPas acquis/compris, plus besoin d’y réfléchir pour les enchaîner2 ans
3 – AvancéAmplitude, endurance, précision, fluiditéLes mouvements sont amples, l’exécution (même rapide) est propre, on se fatigue moins2 ans
4 – avancé + Posture du corps, attitude, grâcelâcher prise et laisser le naturel opérerEn cours

* C’est vraiment ma vision et progression personnelle. Elle est conditionnée par les différents enseignements que j’ai eu, les workshops que j’ai pu faire, les projets artistiques auxquels j’ai pris part, etc… Le nombre d’heures de danse par semaine, les professeurs, les challenges que tu te lances, tes inspirations, le contenu que tu regardes sur les réseaux, ta sensibilité, tes faiblesses, tes points forts… sont autant de choses qui ont une influence sur ton évolution et ta progression. Il y a autant de cas de figure que de danseurs.

Au bout de 4 ans de danse, j’avais 3 heures de cours par semaine, je faisais partie d’une compagnie de danse et je participais à mon premier Heiva I Paris. J’avais une envie folle de progresser, notamment pour faire un meilleur résultat au HIP l’année suivante. Mais je ne savais pas comment m’y prendre, par où commencer (ou plutôt continuer)… Et à force d’écumer les réseaux sociaux et les vidéos de danseuses émérites pendant leur training, j’ai découvert l’existence d’un accessoire un peu étrange … une chambre à air remplie de sable sexy n’est-ce pas ?!.

La ceinture de lestage

Pour vous parler de cet accessoire j’ai fait appel aux connaissances et ressentis de deux personnes :

  • Marie-Line, une amie coach sportive. Elle m’a aidée à comprendre l’impact de son utilisation sur le corps grâce à ses connaissances anatomiques.
  • Mareva Bouchaux, a également une formation de coach sportive et est professeure de ‘Ori Tahiti. Elle m’a éclairée sur la meilleure manière de l’utiliser en cours.

Quèsaco ?

Cet accessoire est réalisable facilement chez soi. Je vous propose un petit tuto vidéo pour faire la tienne en fin d’article. Ce n’est ni plus ni moins qu’une ceinture de lestage comme utilisée en fitness et culturisme. La seule différence est qu’elle est portée sur les hanches, au niveau du paréo.

On démarre avec un modèle fin, pour ne pas avoir trop de poids d’un coup. Et au fur et à mesure, on peut augmenter la taille de la chambre à air, pour y mettre plus de sable et avoir plus de poids.

Pourquoi ?

L’utilisation de la chambre à air va te permettre de travailler sur différentes points.

Ta musculature

Le poids de la ceinture va demander un effort supplémentaire à tes muscles, ils vont donc travailler davantage. Si on prend le fa’arapu en mouvement de référence, tu vas développer tes abdos lorsque tu chercheras à creuser au niveau du ventre (les abdos ont plus de poids à remonter lors de la rétroversion du bassin). Et il en est de même pour tes lombaires quand ton mouvement passe à l’arrière.

« Ça permet de lester les hanches et de développer la ceinture abdominale » Mareva

Ta force et ton amplitude

View this post on Instagram

Petit come back : ‘ARA’TOA 2k19 🥰

A post shared by Matatini Mou (@matatini987) on

Comme l’explique Marie-Line : « Le fait que le boudin soit légèrement lesté, cela demande un effort supplémentaire. Le corps sera habitué à travailler avec ce poids en plus. Donc une fois le boudin retiré, le mouvement sera beaucoup plus fort et plus grand ».

En effet, le corps va s’habituer à cette charge supplémentaire, développer les muscles nécessaires pour avoir la même aisance qu’auparavant. D’où l’intérêt de monter en poids de manière progressive. Si tu passes à un poids trop important, tu ne retrouveras pas l’amplitude ni la force que tu avais sans le boudin. Ça peut être frustrant de travailler en aillant l’impression de régresser.

Marie-Line utilisait cette technique lorsqu’elle faisait de la natation synchronisée. Elle portait une ceinture lestée pour travailler avec une contrainte et que ça soit plus simple une fois la ceinture enlevée. Le boudin aide également à s’habituer à danser avec un costume lourd comme un more (jupe en écorce naturelle).

Ta précision

Grâce au poids de la ceinture, tu vas te rendre compte du mouvement qu’effectue ton bassin, tu vas comprendre et sentir les transferts de poids du corps. Mareva parle de «mieux conscientiser ses hanches, comprendre comment elles se mettent en action». l’effort que ça demande de bouger avec un poids supplémentaire permet également de se rendre compte de quels muscles utiliser à quel moment. Tu vas donc pouvoir affiner ton mouvement en le comprenant.

Comment ?

Tu vas pouvoir travailler ta musculature, gagner en force et en amplitude et améliorer ta précision. Et voici comment procéder.

La fréquence

A force de l’utiliser, je me suis rendue compte qu’il fallait travailler avec et sans. Car le poids de la ceinture demande certes un effort au départ, mais une fois le mouvement lancé (sur un fa’arapu par exemple), elle donne de l’élan au mouvement et le « facilite » et l’amplifie. Et il ne faut pas s’habituer à cela, ça serait contreproductif. Mareva propose à ses élèves de l’utiliser 30 min par cours sur la partie perfectionnement (le corps est déjà échauffé). Elle ne l’utilise pas avec les enfants et très peu avec les ados.

Les mouvements

Comme le but de cette ceinture est de pousser à l’amplitude, d’avoir des mouvements plus forts, il est intéressant de travailler sur des mouvements qu’on maîtrise, qu’on exécute correctement et avec lequel on est à l’aise. Lors de mes trainings at home, je travaille avec la ceinture sur tous les pas de base : tā’iri tāmau, tūmami, varu, tāmau taere et fa’arapu. Je l’utilise sur des chorés que je maîtrise (mémoire et pas) lorsque je veux me mettre en difficulté, travailler mon endurance ou m’habituer à un costume lourd type more.

Tu peux l’utiliser sur des variantes et pas plus compliqués. Mais il est important de maîtriser le mouvement sans le boudin au préalable pour ne pas se blesser. Il ne faut pas oublier que le boudin est une contrainte à gérer pour le corps.

Les choses à ne pas faire

NOK ❌OK ✅
Utiliser le boudin sans s’être échaufféToujours s’échauffer pour danser, avec ou sans boudin d’ailleurs !
Prendre une chambre à air trop grosseMonter en poids de manière progressive pour garder amplitude et aisance
Danser constamment avecAlterner afin de garder des sensations sans l’élan que procure la ceinture
Travailler avec le boudin sur des mouvements qu’on ne maitrise pasMaitriser et être à l’aise avec le mouvement ou la choré afin de l’exécuter correctement et ne pas se blesser

Voilà un des accessoires qui peut être utile quand tu entames ta traversée du désert en ‘Ori Tahiti. Certes la ceinture ne fera pas tout (il va falloir un peu bosser tout de même), mais permettra de travailler différemment. En tout cas, elle m’a été très utile dans ma progression et je l’utilise encore régulièrement pour ne pas perdre ce qu’elle m’a apporté il y a quelques mois.

N’hésite pas à me faire tes retours sur tes essais, tes impressions et ta progression. Je te donne RDV dans la seconde partie de cet article pour découvrir un autre accessoire.

Et comme promis, la video tuto pour faire sa ceinture de sable.


Et toi, tu utilises des accessoires pour t’aider à progresser ? Lesquels ?
Partage ton expérience en cliquant ici


Articles similaires

4 commentaires sur “Les accessoires en ‘Ori Tahiti 1/2

  1. L’école de danse Arato’a de Arue avec Kehau ! Oh ça me donne la chaire de poule ! Ça me rappelle mon passage a Tahiti , les quelques mois de cours que j’ai adorés 😍😍😍
    Crystelle Ap

    J'aime

      • Super ce post ! Je me permets de partager le lien à mes élèves ! Merci pour cette synthèse bien complète Alexandra 😘 ! Des bisous !

        J'aime

      • Avec plaisir ma belle. Merci de ton partage 🙏😘

        J'aime

Répondre à Crystelle Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s