Hōro'a 'Ori Tahiti

Archives

Le tīfene est un pas difficile qui va te demander de la rigueur et de la constance. Ce n’est pas pour rien que les juges récompensent les danseuses qui l’effectuent correctement et avec grâce et sourire. Maîtriser ce pas permet de se sentir plus à l’aise physiquement avec pleins d’autres pas. Tu gagnes en force et en explosivité. Il est donc un bon challenge pour la danseuse en bonne forme qui recherche à se mettre en difficulté. C’est une bonne porte d’entrée à toutes variantes complexes que l’on voit de plus en plus, comme les descentes avec une jambe tendue. Alors motivée ?

Il ne fait aucun doute que LE point fort de Tiana et Mahealani est la transmission. Elles partagent leurs connaissances, leur passion, leur énergie comme personne. Je rêve de pouvoir refaire un workshop dans des conditions identiques et me laisser porter par ce qu’elles sont. Elles te donnent quelque chose que tu n’attends pas, que tu ne soupçonnes pas, que tu ne vois pas, mais que tu ressens et qui te bouleverse.

Si tu fais partie des futures participantes au Heiva I Paris (HIP) et que tu ne sais pas trop comment t’entrainer pour être au top le jour J, tu es au bon endroit ! Dans cet article je te propose de parler préparation : physique, technique et mentale.

Comme le Heiva I Paris c’est pour bientôt, je me suis dit que c’était l’occasion de faire une série d’articles sur les compétitions de ‘Ori Tahiti. Si tu n’as jamais eu l’occasion de participer à un de ces événements, je vais t’expliquer pourquoi ils ont autant de succès et pourquoi ça peut être intéressant de tenter l’aventure.

Tā’iri tāmau, ‘ami, varu, tāmau taere, fa’arapu sont des mots qui te sont familiers ? Tu cherches un support ou ces pas te sont expliqués, décortiqués ? Tu es au bon endroit. J’ai longtemps cherché des tutos pour progresser et comprendre ces pas du ‘Ori tahiti… Aujourd’hui, je te propose donc de découvrir ma version de ces 5 pas de base de la danse tahitienne.

Makau c’est l’apprentissage à la tahitienne par excellence. Pas de verbalisation poussée concernant l’explication des pas mais un ressenti dans le corps, travail avec la musique et non avec des comptes, la concrétisation de chaque geste avec une signification. Cette méthode d’enseignement pousse vraiment le danseur à s’imprégner des mouvements, de la musique, des paroles.

Quand j’ai démarré le ‘ori Tahiti, il m’a fallu un moment avant de dompter mon paréo. Jamais roulé correctement, trop court, trop long, puis il s’est mis à tourner lors des fa’arapu. une véritable horreur ! Et comme il n’est pas toujours simple de démarrer dans une nouvelle discipline, qu’on ose pas poser certaines questions de peur d’avoir l’air bête, pour ne pas faire perdre de temps au groupe… On se retrouve en spectacle ou en concours avec paréo qui tourne, qui remonte … Dans cet article, je te dévoile les astuces pour être une pro du paréo/pāreu et savoir lequel choisir en fonction de tes objectifs et ton niveau.

Si je ne devais retenir qu’une chose de tout ce que j’ai pu apprendre aux côtés de Mareva ça serait l’explication du bisou. Tu sais, ce geste qu’on utilise de manière récurrente en début et fin de chorégraphie, qu’on fait sans vraiment y penser. Mareva illustre parfaitement toute la profondeur du ‘Ori Tahiti en expliquant que ce geste doit être ressenti, incarné.

Pour ce second cours en ligne, j’ai choisi de travailler les enchaînements de pas à droite et à gauche puis la coordination du haut et du bas du corps. Cette séance démarre avec un ‘ori Training de façon à s’échauffer correctement pour la suite. On revoit les pas de base et quelques variantes afin de pouvoir les inclure dans les combos ensuite..

Il existe des accessoires qui peuvent être bien utiles quand tu entames ta traversée du désert en ‘Ori Tahiti. Dans cet article, on parle de la ceinture de sable qui permet de travailler différemment. Elle m’a été très utile dans ma progression et je l’utilise régulièrement pour continuer de progresser.