Hōro'a 'Ori Tahiti

Archives

Il ne fait aucun doute que LE point fort de Tiana et Mahealani est la transmission. Elles partagent leurs connaissances, leur passion, leur énergie comme personne. Je rêve de pouvoir refaire un workshop dans des conditions identiques et me laisser porter par ce qu’elles sont. Elles te donnent quelque chose que tu n’attends pas, que tu ne soupçonnes pas, que tu ne vois pas, mais que tu ressens et qui te bouleverse.

Makau c’est l’apprentissage à la tahitienne par excellence. Pas de verbalisation poussée concernant l’explication des pas mais un ressenti dans le corps, travail avec la musique et non avec des comptes, la concrétisation de chaque geste avec une signification. Cette méthode d’enseignement pousse vraiment le danseur à s’imprégner des mouvements, de la musique, des paroles.

Si je ne devais retenir qu’une chose de tout ce que j’ai pu apprendre aux côtés de Mareva ça serait l’explication du bisou. Tu sais, ce geste qu’on utilise de manière récurrente en début et fin de chorégraphie, qu’on fait sans vraiment y penser. Mareva illustre parfaitement toute la profondeur du ‘Ori Tahiti en expliquant que ce geste doit être ressenti, incarné.